Frédéric Pichon, Syrie: Une guerre pour rien